Chroniques du confinement – J13 – Outland

2 min read

Aller chercher des fruits et légumes, l’aventure de mars 2020…

Bizarre impression que de sortir après plus d’une semaine de confinement. La préparation d’abord :

  • Liste de courses
  • Pièce d’identité
  • Permis de conduire
  • Attestation
  • Téléphone chargé
  • Moyens de paiement (CB et liquide)

Ne rien oublier. C’est pas le moment.

Bon, ben, paré… Alors, ça se passe comment, dehors… Ok les deux bars du village sont fermés… mais ça discute devant, un peu. Quelques rares voitures sur la route, c’est pas désert non plus… oh. Ok. Le pont qui surplombe l’autoroute me permet de voir qu’elle n’est parcourue QUE de camions. Trafic normal dont on aurait retiré toutes les voitures personnelles – ici un utilitaire, là une commerciale, mais sinon, le vide. D’accord, c’est bizarre.

En ville, l’ambiance est calme. Des gens qui promènent leur chien, se croisent en faisant le détour pour que les bestioles ne se bouffent pas… pratique. Quelques joggers. Bon, c’est pas tout ça mais j’ai des courses à faire, moi… oh. “Covid : une personne – un caddie”. Petite affichette à l’entrée du supermarché. Un vigile contrôle les entrées, repère-t-il aussi les petits malins, s’il y en a, qui remplissent leur caddie, payent, remplissent leur coffre, refont un tour de manège ?

A l’intérieur, ce n’est pas la pénurie, loin de là, mais des petits détails marquent. Les personnes avec des masques, de bricolage, faits maison, quelques uns qui semblent médicaux, tout d’abord. Quelques rayons vides – les pâtes bien sûr, mais aussi quelques autres plus inattendus. Plus de vinaigre. Plus de haricots verts. Le maïs se fait rare. Je culpabilise à remplir mon cabas, lorsque je vois passer un homme poussant un immense caddie. Un seul, comme lui enjoint l’affichette à l’entrée. Je réfléchis à ce que j’achète, ce que je vais en faire. Pas la peine de me charger de trop de légumes si c’est pour qu’ils rejoignent mon compost. C’est pas le moment. Je repense à cette amie en région parisienne qui m’a dit il y a quelques jours que les supermarchés autour de chez elle étaient vides – confirmé par plusieurs parents d’élèves autour d’elle, et le drive ne prend même plus de commandes. Je discute cinq minutes avec un employé – masqué ganté. Il m’explique qu’il n’y a pas de pénurie à proprement parler, toutes les commandes sont honorées par le fournisseur… mais au lieu d’être livrés en trois jours, les magasins le sont en sept, huit, dix jours. Et comme les gens font tous les mêmes stocks pour avoir le moins à sortir…

De là à explorer ses fonds de placard à la recherche de nouvelles saveurs… Au moins on a à manger, plein. Des cas de braquages alimentaires se seraient déjà produits, pourtant – je ne retrouve pas l’info : était-ce un hoax ? L’imagination part vite. C’est pas le moment.

Une montre à gousset à moitié enfouie dans le sable

Recevez l'actualité du site, toutes les Histoires minute de la semaine, et la Nouvelle en ligne mensuelle.
Vous pouvez aussi me soutenir sur Tipeee !

1 Commentaire

  1. JM

    J’ai rangé mon placard “conserves” ; on peut tenir. Retrouvé un bocal de cardons lyonnais. Cherché une recette sur le net. À tester, c’est le moment !
    Aujourd’hui, je vais ranger le placard “produits secs” ; biscuits, pâtes, … c’est le moment.
    Me suis attaquée aussi à la couture ; réalisé un masque ; c’est le moment.
    Taille dans le jardin ; oui, c’est le moment.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.